Guérison Défendue

|

guerison.jpg

http://www.defensemedecinenaturelle.eu/

(video)

Pétition à l'attention des députées et députés européens

Madame, Monsieur,

Je viens d’apprendre avec stupeur l’existence d’un projet européen visant à interdire la plupart des médicaments à base de plantes à partir du 1er avril 2011.

Il s’agit d’une offensive sans précédent menée par les lobbies pharmaceutiques pour limiter de façon draconienne les options de traitement en cas de problème de santé, et garantir ainsi leurs milliards d’euros de profits annuels.

Si elle était appliquée, cette Directive irait très au-delà d’une réglementation raisonnable des produits dangereux : elle rendrait illégale du jour au lendemain des dizaines de milliers de traitement efficaces, d’un usage courant depuis des milliers d’années et sans les effets secondaires des médicaments modernes issus de la pétrochimie.

Des centaines de plantes européennes sont concernées, mais également toutes les plantes de la médecine traditionnelle chinoise (MTC), celles de l’Ayurveda (médecine indienne), ou celles des traditions amazoniennes ou africaines accessibles aujourd’hui sur le sol européen.

Nous n’accepterons pas qu’on nous prive ainsi du savoir ancestral de la médecine des plantes pour le seul profit des multinationales pharmaceutiques.

Je vous prie donc instamment d’exercer les pressions nécessaires sur le Parlement européen, ainsi que sur la Direction générale de la santé et des consommateurs (DG SANCO), pour que soit présenté dans les meilleurs délais un nouveau texte reconnaissant les vertus thérapeutiques des préparations à base de plantes et accordant à chacun la liberté de choisir pour lui-même les thérapeutes et les traitements qui lui semblent les plus appropriés.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur, mes salutations respectueuses.

http://www.defensemedecinenaturelle.eu/signerlapetition.php

Une conférence publique sur l'effet cancérigène de l'aspartame demain

RelaxNews le jeudi 20 janvier 2011 à 11:38:00

- Les associations Réseau Environnement Santé et Générations Futures organisent le vendredi 21 janvier une conférence publique intitulée "Réévaluer les risques de l'aspartame", cet édulcorant présent dans bon nombre d'aliments en remplacement du sucre. Dans l'enceinte de la Faculté de médecine, à Paris, le public pourra s'informer sur les nouvelles données expérimentales et épidémiologiques sur cet édulcorant, qui mettent notamment en avant son effet cancérigène.

Le public est convié à se rendre à la Faculté de Médecine, dans le 6ème arrondissement parisien, vendredi 21 janvier de 15h à 17h, pour prendre connaissance des dernières études menées sur l'aspartame et mettant en avant sa dangerosité.

Il pourra notamment entendre le Dr. Morando Soffritti, le directeur scientifique du centre Ramazzini, en Italie, dont le "Bilan des études de cancérogénécité menées au centre de Ramazzini à Bologne" a été publié en décembre dernier dans la revue scientifique American journal of industrial medicine.

Les résultats de cette étude révèlent notamment qu'il est nécessaire de réévaluer les risques liés à la consommation d'aliments contenant de l'aspartame.

Sites :

www.generations-futures.fr

www.reseau-environnement-sante.fr


Source: http://gaia-health.com/articles301/000315-french.shtml

Halte à la Directive sur les Médicaments Traditionnels à base de Plantes

Signez la pétition.

echinacea-.gif

Contexte (Préambule):

La Directive sur les Médicaments Traditionnels à base de Plantes (DMTP) est présentée comme un service rendu aux citoyens européens et simple à appliquer. Cependant, un examen approfondi de ses méthodes révèle qu'en réalité il s'agit d'une flagrante réduction des droits des individus de se procurer et d'utiliser pour se soigner les traitements de leur choix.

S'il est avantageux pour les citoyens d'être informés, grâce à une méthode particulière de recherche, de l'efficacité et de la sécurité d'emploi de produits jusqu'ici utilisés couramment et librement, cette information ne répond pas forcément aux besoins des individus et présuppose qu'il n'existe qu'une méthode capable d'obtenir une information correcte et utile. C'est comme si on ne permettait qu'une seule religion comme source de vérité.

De façon générale, les coûts et les structures requis par la DMTP ne sont pas compatibles avec les petits producteurs, qui sont les principaux fournisseurs de produits à base de plantes. Ceci se traduit par une concurrence favorisant injustement les transnationales, limitant ainsi l'accès de l'individu à la qualité et à la sélection de produits traditionnels à base de plantes.

Avec la DMTP, l'Union Européenne a outrepassé ses prérogatives et restreint considérablement les droits implicites de chaque être humain de choisir et d'avoir accès à différentes façons de gérer sa santé. Cela représente une dangereuse usurpation des droits civils, et présuppose que l'individu est incapable de prendre lui-même des décisions concernant sa santé. L'auto-détermination en ce qui touche la santé doit être traitée comme un droit inviolable, alors que la DMTP en représente l'abolition.

VEUILLEZ NOTER QUE L'UE EXIGE DES ADRESSES VALIDES. SI VOUS NE DONNEZ PAS VOTRE ADRESSE, VOTRE SIGNATURE NE SERA PAS COMPTEE. LE PUBLIC N'A PAS ACCES A CES ADRESSES (VOUS POUVEZ AUSSI OPTER DE NE PAS DIVULGUER VOTRE NOM).

Les signatures de non-ressortissants européens ne seront pas comptées. Elles sont néanmoins les bienvenues comme une manifestation de solidarité sur cette question.

Pétition:

Nous en appelons au Parlement Européen pour qu'il arrête la Directive sur les Médicaments Traditionnels à base de Plantes (DMTP), Directive 2004/24/CE, ayant pour objet d'empêcher le libre accès à une vaste majorité des médicaments à base de plantes à partir du 1er avril 2011.

La DMTP réduit les droits de tout citoyen européen à l'auto-détermination dans le domaine de sa santé. Elle va très au-delà d'une règlementation raisonnable des produits dangereux pour entrer dans le domaine de la coercion en limitant les options de traitement en cas de problèmes de santé.

L'accès du public aux médicaments traditionnels à base de plantes jusqu'ici librement disponibles doit se poursuivre sans interruption.

Signez la pétition.

Une alliance de sept organisations non gouvernementales et de partis politiques, représentant des citoyens de chacun des 27 pays de l'Union Européenne (UE), exigent que, lors du sommet européen qui aura lieu demain, les chefs d’Etat de l’UE reconnaissent les résultats du récent référendum irlandais sur le Traité de Lisbonne. Selon leurs arguments, un "Non" doit vraiment signifier "Non" et ils expriment leurs vives préoccupations au sujet de rapports selon lesquels l’UE envisagerait d’ignorer le "Non" irlandais et d’accélérer la mise en application du Traité grâce à une augmentation massive des moyens financiers. Si, selon l’avis de ces personnes, le Traité n’est pas annulé et si les intérêts des européens ne sont pas placés au dessus de ceux des multinationales, la confiance des citoyens dans l'Union Européenne et ses institutions sera sapée à tout jamais.

La Leva di Archimede s’engage pour une Europe des hommes, dans laquelle les voix des citoyens ne comptent pas pour rien. Cela signifie naturellement que l’on doit écouter celles du peuple irlandais qui s’est exprimé par voie de référendum. "Si d'autres nations avaient également pu s’exprimer par voie de référendum", selon Sepp Hasslberger, président de La Leva, "je suis certain que les Irlandais ne seraient pas les seuls qui auraient dit "Non" à ce Traité. Les Hollandais, les Français et bien d’autres auraient également voté contre. Est-ce que les dirigeants vont aggraver le manque de démocratie de l’Europe ou bien allons-nous vivre enfin un nouveau développement démocratique ?

Les organisations de consommateurs européens demandent instamment aux électeurs irlandais de rejeter le traité de Lisbonne, le 12 juin 2008 Six organisations non-gouvernementales (ONG), représentant collectivement les consommateurs des 27 pays de l’Union Européenne, demandent instamment aux électeurs irlandais de rejeter le traité de Lisbonne lors de leur référendum prochain. Au lieu de permettre à l’Europe de devenir plus efficace, comme les défenseurs du traité le prétendent, les ONG craignent que l’adoption du traité par l’Irlande, puis sa ratification par Bruxelles, ne puisse qu’aggraver les déficiences démocratiques croissantes de l’UE. Elles affirment que l’amélioration de l’efficacité des politiques et des procédures résultant de la ratification du traité, implique obligatoirement des restrictions supplémentaires de la démocratie, de la vie privée et de la liberté de choix. Ces trois domaines sont aujourd’hui de plus en plus menacés dans les pays de l’UE. « Les Italiens et de nombreux autres pays européens comptent sur l’Irlande pour qu’elle envoie un message fort à la bureaucratie européenne : Est-il donc si difficile de comprendre que les Européens veulent participer plus activement à leur avenir politique ? Une Europe unie peut certes être un développement positif, mais il peut aussi n’avoir aucun sens, et être même néfaste, si la décision d’unité n’est pas prise par les citoyens eux-mêmes, et si la méthode utilisée ne tient aucun compte des citoyens » déclare Kathleen Gordon, au nom de La Leva di Archimede. « Après tout, cette Europe unie ne doit-elle pas être notre Europe ? » Selon le Dr Robert Verkerk, directeur exécutif de l´Alliance for Natural Health, « Les citoyens européens réalisent rapidement que le projet européen dépasse largement l’idée d’un marché commun et qu’il empiète entre temps sur certains principes auxquels les démocraties du monde entier ont toujours attaché la plus grande importance, en particulier la liberté d’expression et la liberté de choix. La liberté de choix dans le domaine de la santé est gravement menacée par des restrictions importantes, en particulier notre liberté de choisir des approches naturelles, des solutions alternatives, incluant par exemple la liberté de ne pas faire vacciner les enfants. Nous demandons à l’Irlande de voter non le 12 juin. Un vote positif ne peut que renforcer le pouvoir dictatorial centralisé à Bruxelles ». Paul Anthony Taylor, directeur des relations extérieures de la fondation Dr. Rath Health Foundation et coordinateur de la campagne, ajoute : « Les sondages indiquent qu’une majorité de citoyens européens demande que le traité de Lisbonne soit décidé par référendum. Cependant, en dépit du fait que les Français et les Néerlandais se sont opposés à 95% de son contenu en 2005, les gouvernements européens, incluant la France et les Pays-Bas, ont décidé de signer ce traité contre la volonté de leurs citoyens et sans référendum. Cela n’est plus de la démocratie, mais bien de la dictature, une preuve indiscutable de ce que nous réserve l’avenir si ce traité est ratifié. Les citoyens européens devraient avoir le droit de contrôler leur vie, de prendre leurs propres décisions concernant leurs besoins et ceux de leurs familles. Un rejet du traité par l’Irlande serait un puissant message adressé aux dirigeants européens pour leur faire comprendre qu’un système politique doit avoir le soutien et le respect de ces citoyens, et non pas nourrir leur ressentiment, s´il ne veut pas disparaître ». Pour Lutz Kliche, président de l´Alliance for Health, Peace & Social Justice « Il est tout à fait révoltant qu’une question d’une telle importance ayant des conséquences à si long terme ne puisse pas être décidée par les citoyens européens. Si l’on regarde la façon dont le soi-disant traité réformé a été imposé par le parlement allemand et le Bundesrat (qui inclut les gouvernements des Länder), on constate deux choses évidentes : le traité a une importance cruciale pour les groupes qui détiennent le pouvoir en Europe et les citoyens européens n’ont pas leur mot à dire. Le vote irlandais prend donc une importance énorme puisqu’ils sont les seuls à avoir une constitution qui impose la consultation par référendum. Nous demandons donc à nos concitoyens européens irlandais, de rejeter le traité réformé parce qu’il est une manœuvre politicienne, une fraude politique, qui viole les droits fondamentaux des Européens en prétendant leur apporter une solution de progrès, car ce progrès répond uniquement aux besoins des grandes entreprises multinationales et de leurs actionnaires ». Et Scott Tips, président de la National Health Federation de commenter : « Comme le référendum irlandais est le seul vote organisé pour ce traité, il est extrêmement important qu’il ait lieu et que la volonté des citoyens irlandais soit respectée. Il est très regrettable que les autres pays membres aient décidé de ne pas autoriser leurs citoyens à voter sur cette question. Je tiens à féliciter le gouvernement irlandais, qui est de toute évidence l’État le plus démocratique de l’Union Européenne, d´avoir permis ce référendum ». 
Le Zeus Information Service espère que les Irlandais voteront non et bloqueront ainsi le projet européen. Louise McLean, rédactrice du Zeus Information Service pense que : « Les agriculteurs irlandais choisiront en masse de voter non parce qu’ils ont compris que la législation européenne constitue un frein considérable pour leur agriculture. Dans ce que l’UE appelle la « Post-démocratie », nous serons les témoins et les victimes d’attaques massives contre nos libertés et notre vie privée et de remise en question du Common Law, un droit vieux de plusieurs siècles au Royaume-Uni. Les directives européennes sont les piliers de puissants changements qui visent à restreindre notre liberté de consommer et notre liberté de choisir des thérapies naturelles, de consommer des suppléments alimentaires et d’utiliser des thérapies alternatives. Peu de gens savent que 110.000 lois européennes, discrètement transposées dans la législation britannique, seront applicables dès que le traité de Lisbonne sera ratifié, et même très certainement dès le 01 janvier 2009. Un concept particulièrement sinistre appelé Common Purpose a déjà infiltré chaque institution en Europe pour préparer les citoyens à la dépendance envers l’Union Européenne ».
Qu'est-ce que "l'initiative pour un référendum européen"? L'initiative pour un référendum européen est une campagne en faveur des citoyens et pour leur droit à s'exprimer par voie de référendum lorsque les législations nationales et la règlementation européenne subissent d'importantes modifications qui les concernent. Plus précisément, nous sommes partisans du fait que tous les citoyens devraient avoir immédiatement la possibilité de s'exprimer par voie de référendum sur le Traité de Lisbonne. Quels sont les droits démocratiques exigés par cette campagne? Chaque citoyen devrait avoir le droit:
* de participer à la vie démocratique de l'Union Européenne. * de donner son point de vue sur toutes les activités et dans tous les domaines politiques de l'Union Européenne et de pouvoir en discuter publiquement. * d'être directement impliqué dans les prises de décision politique.
Pourquoi est-il si urgent d'avoir une telle initiative? http://www.eu-referendum.org/francais/index.html

Les révoltés des ondes

|
LE MONDE 2 | 02.05.08 En Suède, ils sont reconnus comme électrosensibles : Sylvia, Lars, Per ou Eva sont malades et se protègent. La cause des démangeaisons, des migraines ou des vertiges dont ils souffrent ? Eux accusent les ondes électromagnétiques, les scientifiques sont divisés. C'est le côté obscur des nouvelles technologies. Avant de prendre le volant de sa Skoda rouge qui file sur les rocades de la banlieue de Stockholm, Ann a passé son casque antiradiations. Une sorte de moustiquaire, dont le grillage en argent la protège des micro-ondes répandues dans l'univers : portables, antennes relais, Wi-Fi… "Il y a d'abord cette chaleur qui me brûle le visage, et puis viennent les problèmes de concentration, je perds le fil et je perds mes mots, ma pensée devient confuse… Ce n'est pas quelque chose qu'on voudrait voir arriver pendant que je conduis…" Euh… non, on ne voudrait pas. Ann Rosenqvist Atterbom est "électrosensible". Cette grande femme au visage doux et aux épaules larges, dont les cheveux blonds se sont couverts du gris des années, présente les mêmes symptômes que les enfants des écoles françaises dont on a équipé les toits d'antennes relais. Elle se plaint des mêmes maux que les bibliothécaires de la Ville de Paris après l'installation de bornes Wi-Fi dans leurs locaux au mois d'août 2007 : migraines, érythèmes, nausées, troubles de la concentration, vertiges, palpitations, fourmillements… Partout dans le monde s'élèvent des voix, qui par milliers disent ainsi souffrir du support invisible des nouvelles technologies : les ondes électromagnétiques. La différence, en Suède, c'est qu'on ne dit plus que ces gens sont fous. On a admis depuis longtemps que leur mal était pour eux un handicap et qu'il devait être traité comme tel. En attendant de comprendre pourquoi. Les révoltés des ondes...
Les micro-ondes liées à la fatigue chronique ? (de LaLibre.be) Ces fameuses ondes électro-magnétiques seraient-elles le facteur causal principal de ce syndrome ? Plusieurs liens sont mis en évidence par un chercheur. Et si les micro-ondes, ces fameuses ondes électromagnétiques de longueur d'onde intermédiaire entre l'infrarouge et les ondes de radiodiffusion, s'avéraient être le facteur causal principal dans les SFC/EM, ou syndromes de fatigue chronique/encéphalomyélite myalgique ? Telle est la question, certes pertinente, à laquelle a tenté de répondre un certain Pr Paul Doyon, de l'Université Kyushu au Japon. Pour lui, la réponse semble ne faire aucun doute : c'est oui. En 31 points, il avance ainsi une série de preuves. En voici quelques-unes. Il fait ainsi remarquer que les manifestations de SFC se sont répandues au milieu des années 80, époque à laquelle des réseaux de téléphonie cellulaire s'installaient aux Etats-Unis puis un peu partout dans le monde. C'est d'ailleurs dans les pays où il y a pléthore de réseaux et où plane le nuage électromagnétique ("électrosmog") de téléphonie cellulaire que le SFC est le plus répandu. Dans des pays tels le Népal ou le Bhutan où l'équipement fut plus tardif, la pathologie serait quasi inexistante, d'après l'auteur de l'article paru sur www.next-up.org. Tout aussi rare se ferait le syndrome parmi les Amish, cette communauté qui refuse l'usage de l'électricité. Au niveau physiologique, "il est de notoriété que l'exposition aux micro-ondes et autres champs électro-magnétiques (CEM) affecte anormalement le flux de calcium dans et hors des cellules", affirme encore ce professeur, soulignant que cette anomalie se retrouve également chez les personnes souffrant de SFC/EM, de même qu'un dysfonctionnement des mitochondries, dont il a été démontré qu'il pouvait être induit par les micro-ondes. "Des globules rouges sont altérés et leur nombre diminué par l'exposition au rayonnement des micro-ondes, avance encore le Pr Doyon, les globules rouges sont responsables du transport de l'oxygène. [...] Or un manque d'oxygène au cerveau ainsi qu'à d'autres organes peut avoir des conséquences comme le brouillard mental, l'incapacité à se concentrer, le vertige, les nausées... autant de symptômes trouvés dans le SFC." Et ce n'est pas tout. Toujours selon l'auteur de l'article, "il a été démontré que l'exposition aux CEM favorise l'augmentation des virus, des bactéries, des moisissures, des parasites et des levures dans le sang de l'hôte humain, microbes pathogènes fréquents chez ces patients". Il s'en réfère également à des études ayant démontré que" l'exposition aux micro-ondes induit le stress 'subliminal' provoquant l'excrétion par les glandes surrénales de plus de cortisone et d'adrénaline conduisant par la suite à l'épuisement de l'adrénaline, facteur important du SFC". De même, la production de mélatonine serait altérée par l'exposition aux micro-ondes. "Or cet antioxydant est nécessaire au sommeil", souligne l'auteur, et l'on pense que la mélatonine est altérée chez les patients souffrant de fatigue chronique. Malgré ces problèmes de sommeil, il semblerait en outre que ces derniers se sentent mieux la nuit alors que l'usage des téléphones portables est réduit. Et dire que ce ne sont là que quelques-unes des preuves avancées...
par le professeur Paul Doyon Paul%20Doyon.png ... en examinant les morceaux du puzzle appelé CFS et en reliant ces morceaux à la recherche sur les effets du rayonnement de micro-onde et de tout autre REM, la preuve accablante présentée dans cet article semble répondre à la question, « Les micro-ondes et d'autres REM sont-ils un facteur causal dans les CFS/ME? » avec un « oui. » définitif et répercutant. Il sera intéressant de voir comment ceux qui font leur vie à travers les affaires et de la politique du démenti, de la supercherie, de la tromperie, tenteront de retourner les faits. La vérité du problème est que le niveau ambiant actuel du REM dans notre environnement est dangereux et rend malades un trop grand nombre parmi nous. Il est temps que nous nous allions du démenti à l'acceptation, de l'ignorance à la conscience, et de l’apathie à l'action. Les micro-ondes sont-elles le facteur causal principal dans les SFC/ME ?

Entrevue avec Dr Tullio Simoncini

http://www.lagrandeepoque.com/content/view/1571/42/

Emma Holister (E. H.) : Après avoir lu vos articles concernant votre thérapie révolutionnaire contre le cancer, je n’ose pas imaginer combien il vous a été difficile de continuer à exercer votre profession en tant qu’oncologiste dans le monde de la médecine officielle. Quel a été la réponse des autorités médicales à votre travail?

Dr Simoncini (Dr S.) : Quand un scientifique a une idée efficace et révolutionnaire, les autorités médicales essaient par tous les moyens de supprimer son travail parce qu'elles sentent que leurs intérêts sont menacés. Aussi efficace que puisse être la thérapie en question, leur but sera de la détruire. On le renverra des associations médicales, on le traitera de charlatan dans les journaux et à la télé, on l’attaquera en justice et même la police le harcèlera jusque chez lui.

service-oncologie.jpg

BD par Emma Holister

http://www.alliance-natural-health.org/_docs/ANHwebsiteDoc_275.pdf

16 mars 2007, Dorking, Royaume Uni

Nouvelles en bref

L'Alliance for Natural Health (l'ANH) a aujourd'hui informé la Commission Européenne qu'elle allait analyser de très près ses procédures et celles des autorités européennes chargées de la sécurité alimentaire (European Food Safety Authority) en ce qui concerne les compléments alimentaires, et ceci en accord avec le jugement de la Cour Européenne de Justice (CEJ).

09-02-2007

http://votre-sante.com/suite.php?empl=2

La mauvaise foi de la DGCCRF.

La DGCCRF, autrement dit le service des fraudes, est censée surveiller le niveau de résidus de pesticides et autres toxiques dans les végétaux à vocation alimentaire. Et elle en publie les chiffres chaque année. Avec une certaine lenteur, puisque le bilan 2005 a été publié récemment en 2007 !

La DGCCRF, organisme d’Etat, se veut évidemment rassurante. Il est dit dans son rapport : “Pour les fruits et les légumes, 93,4 % des échantillons sont conformes et 6,7 % présentent une teneur en résidus dépassant les limites maximales de résidus (LMR) autorisées (nationales ou communautaires)."

Mais cette analyse ne fait pas l’unanimité, et les consommateurs ne se sentent pas vraiment rassurés. D’une part, on sait que les autorités sanitaires, toujours soucieuses de ne pas contrarier les lobbies chimiques, ont tendance à fixer des taux autorisés plutôt élevés.

petit-petit.jpg

BD par Emma Holister

http://www.lagrandeepoque.com/content/view/886/42/

08-12-2006

Depuis quelques jours, les médias multiplient à l’envi les spots publicitaires pour inciter les gens, particulièrement les plus âgés, à se faire vacciner contre la grippe.

On peut aisément imaginer ce que dépense l’industrie pharmaceutique pour ce matraquage publicitaire.

Quant aux caisses d’Assurance maladie, malgré les promesses du ministère de la Santé de réduire ses dépenses, elles harcèlent sans relâche les citoyens.



Video: OGM en France

|
Je vous envoie un video tres interessant du Canal++ sur l OGM en France et en Europe... Le video a été défendu et sa diffusion sur l internet e provisoire... du 2005 mais quand-meme actuel, comme le passé et notre réalite de maintenant...(malheureusement) salutations Lucienne et mercì a Alec Gagneux ...

10 000 signes

Il y a quelques mois, nous avons appris que le «nouveau vaccin contre le cancer du col de l'utérus était enfin en vente». Il s’agissait déjà là d’un mensonge car il n’existe aucun vaccin contre les cancers, mais cette annonce très racoleuse venait des laboratoires dont le but inavoué est le racolage des profits plutôt que la santé des citoyens.

En vérité, il s’agit d’un vaccin contre le «papilloma virus» car les cancers du col sont parfois dus au HPV (Human Papilloma Virus), ce qui n'est pas la même chose. Le vaccin Gardasil®, fabriqué par manipulation génétique, a été mis au point par le laboratoire Merck, mais il est commercialisé en France par Sanofi Pasteur MSD.

Powered by Movable Type 5.13-en